Activité A-2-2 : Comprendre un dysfonctionnement : La maladie de Parkinson

Exemple de Devoir de type 2 :

En tant que neurologue, vous recevez un patient (M. Poiméand) qui semble déclarer la maladie de Parkinson. A l’aide des documents et de vos connaissances sur le mouvement volontaire, expliquez pourquoi M. Poiméand a des tremblements essentiels au repos alors que son activité motrice volontaire est ralentie.

Doc. 1 : Les symptômes de la maladie et origine : 

Cette maladie est caractérisée par une diminution du contrôle des mouvements avec des tremblements dits essentiels au repos : par exemple mouvements saccadés et rapides de la main, que souvent le sujet essaye de maintenir avec son autre main au début.

Cela se traduit aussi  par une rigidité de certains membres et une réduction de la motricité automatique ou volontaire : autrement dit, la personne en mouvement a une démarche ralentie et peu assurée.

Ces personnes éprouvent aussi un état dépressif, pouvant s’exprimer parfois fortement.

C’est une maladie neurodégénérative qui est la conséquence d’une destruction lente et progressive de neurones impliqués dans la production d’un neurotransmetteur dans le cerveau, la dopamine. Les patients finissent par être déficitaire en dopamine.

Ces neurones jouent, entre autre, un rôle dans la régulation de l’activité du cortex moteur.

Doc. 2 : tomographie à émission de positons ou TEP de M.Poiméand  comparée à un sujet sain : 

Comme beaucoup de maladies dégénératives, l’activation de la maladie est multifactorielle : prédisposition génétique, facteurs environnementaux, comme les métaux lourds et les pesticides (le monde rural a une plus grande prévalence à la maladie).

La TEP est une imagerie effectuée après avoir injecté dans une veine un traceur faiblement radioactif précurseur de la dopamine (18F Dopa)

la coloration rouge permet d’identifier l’activité dopaminergique dans le striatum

Doc. 3 : la modulation de la réponse motrice par les ganglions de la base

Actifs avant et pendant les mouvements, les ganglions de la base permettent le déclenchement, l’amorçage normal et « harmonieux » de mouvements volontaires. La quasi-totalité du cortex cérébral envoie des informations vers le striatum, qui forme le point d’entrée des ganglions de la base. Ces derniers fonctionnent selon un ensemble d’inhibitions et d’activations. La substance noire compacte permet de renforcer ce circuit en cas de mouvement, en activant les neurones ayant des récepteurs dopaminergiques.

Cela permet une gestion fine de l’activation de la voie motrice principale en assurant (voie directe) ou en inhibant (voie indirecte) le mouvement

L’absence de dopamine, perturbe cet équilibre ce qui provoque : au repos les tremblements essentiels, en mouvement des gestes saccadés ou moins harmonieux, mais aussi, comme la dopamine intervient dans le circuit de la récompense, son manque génère un état dépressif.

Doc. 4 : Profils d’activation cérébrale associés à une tâche combinée (mouvement de la main et production de parole) chez des sujets contrôles et des patients atteints de la maladie de Parkinson

Les zones d’activité plus importante lors de la tâche effectuée sont représentées en gris.     

Doc. 5 : Aires cérébrales motrices

Pour en savoir plus : INSERM

Retour vers le thème

Retour haut de page