Exercice – Agents pathogènes et maladies vectorielles

Eté 2019, le réseau sentinelle de surveillance de la propagation de maladies en France, a été inquiété, car au niveau régional de taux anormaux de gastroentérites ont été signalées : 

« En France métropolitaine, la semaine dernière (2019s29), le taux d’incidence des cas de diarrhée aiguë vus en consultation de médecine générale a été estimé à 91 cas pour 100 000 habitants, juste  en dessous du seuil épidémique (92 cas pour 100 000 habitants). Le taux d’incidence estimé la semaine précédente (2019s28) s’est consolidé sous le seuil épidémique. Au niveau régional, les taux d’incidences les plus élevés ont été observés en : Provence-Alpes-Côte d’Azur (234), Nouvelle-Aquitaine (124) et Occitanie (117). » d’après https://websenti.u707.jussieu.fr/sentiweb/

La contamination peut se faire soit par contact direct soit par contact indirect. Les symptômes sont des diarrhées aiguës, maux de ventre, vomissements. Cette épidémie a inquiétée pour son impact lors de canicules. Les soins et les efforts sanitaires ont eu raison de cette crise. Aucune information n’a été en revanche donnée sur le micro-organisme responsable. 

1) Explicitez les modes de transmission de cette maladie

2) Quelles mesures ont permis de limiter la propagation du ou des micro-organismes évitant aux vacanciers bien des désagréments.

3) Pourquoi cette crise a particulièrement inquiété les autorités sanitaires du fait qu’elle se déroule l’été.