Fiche technique : Comment lire un IRM ?

Les  différentes techniques d’IRM : T1, T2, T2 FLair, T1 Gadolinium

Comment se repérer dans le vocabulaire employé ?

hyposignal = noir

hypersignal = blanc

1) T1 = Liquide céphalorachidien en hyposignal

Les milieux liquides apparaissent plus noirs. Le liquide céphalorachidien est totalement noir. La substance grise est plus riche en cytoplasme que la substance blanche. La substance grise est donc plus foncée que la substance blanche.
d’après : neuroimagerie

Séquences dites de « base » pour étudier la morphologie cérébrale sus (hémisphère cérébraux) et sous-tentorielle (cervelet…).

 Substance blanche est « blanche » (gris clair) et la substance grise est « grise » (gris foncé)

2) T2 LCR en hypersignal

d’après radiologie Bordeaux

Séquences dites de « base » pour étudier la morphologie cérébrale sus et sous-tentorielle.

 Substance blanche « noire »(gris foncé) et Substance grise « grise » (gris clair) : c’est l’inverse de T1

3) T2 FLAIR* :

séquence de type T2 avec suppression du signal du LCR et donc qui apparaît ensuite en hyposignal.

d’après : chirvtt

Séquence utile pour analyser les lésions de leucopathie (hypersignal FLAIR) périvenriculaires sclérose en plaques notamment) car mieux visualisées compte-tenu de l’aspect en hyposignal du LCR au contact (et non en hypersignal comme sur le T2 classique). 

*FLAIR : Fluid Attenuated Inversion Recovery

4) Séquences T1 avec injection de Gadolinium : 

Petite taches blanches = prise de contraste

La prise de contraste au Gadolinium indique une inflammation en cours dans le cadre ici d’une sclérose en plaques.

Le principe de l’IRM rappelé :